AccueilPortail*FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
 
Bienvenue sur Taisen Dynasties !
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Les Missions
Sam 10 Aoû - 14:22 par Admin 1

» La Voie du Vagabond
Sam 10 Aoû - 7:26 par Admin 1

» La Voie du Samouraï
Sam 10 Aoû - 7:12 par Admin 1

» La Voie du Ninja
Ven 9 Aoû - 11:59 par Admin 1

» IL EST CLASSE CE FORUM
Sam 3 Aoû - 23:04 par shikamarunura

» [Demeure de la Bunke] Intermezzo
Sam 6 Juil - 2:38 par Naoji Hyuuga

» Revelation
Jeu 27 Juin - 22:19 par PNJ

» [Mission] La tanière des loups (part.2)
Lun 24 Juin - 4:25 par Maître du Jeu

» "Amaterasu" (Été 2013)
Ven 21 Juin - 3:28 par PNJ

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 16 le Jeu 30 Avr - 23:00
naruto sasuke top 100
manga topsite
- Partenaires -




Partagez | 
 

 |- Breathering Earth -|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: |- Breathering Earth -|   Ven 16 Sep - 11:10

    Avancer. Épuisée. S'accrocher tout en étant perdu. Le moral impossible à remonter. Fallen s'était dirigée en direction du sud pour rejoindre le domaine de ses parents. Il aurait fallu bien plus de temps si elle était allée à pied jusque là bas. Mais elle était sur son cheval, affamée. Lui avait de quoi brouter quand elle s'arrêtait près d'une route. C'était désert. Peu de personnes semblaient emprunter ce chemin sinueux. Les heures passaient et la brume s'épaississait de plus en plus. On ne pouvait plus voir à plus de 50 mètres à la ronde. C'était désespérant. La jeune fille s'arrêta de nouveau, descendit de son animal et lui caressait le front. Les yeux de celle ci étaient sombres, renfermant une grande tristesse. Ils étaient assez loin de leur village et de la tombe de son feu amour. Désormais c'était en solitaire qu'elle continuait. Ne pouvant échapper à son destin, une petite voix au fin fond de sa conscience lui disait de continuer à avancer même si ce brouillard intense en plein jour l'aveuglait. C'était partir à l'aveuglette. Quelques minutes à marcher au côté de son compagnon, Fallen remarquait que le brouillard se levait petit à petit. Déjà un meilleur signe. Puis, elle vit une petite maisonnette en bois un peu plus loin dû à la lueur émise au travers des fenêtres. Un petit espoir lui effleura l'esprit. Allant jusqu'à la porte, celle ci frappa et quelqu'un vint ouvrir la porte. Ce visage lui était fort familier. C'était celui de sa mère.
    - Ma fille !
    Des embrassades, de l'amour et la chaleur réconfortante de ce nid familial lui remonta le moral d'un bloc. Sa mère lui prépara à manger ainsi qu'un bon jus de fruit. Les habits de la jeune femme était un peu trempée dû à l'humidité. Une fois être repu, Fallen demanda à prendre un bain. La réponse était évidente. Elle était chez elle. Du coup, allant dans la salle de bain, se déshabillant, mit un pied dans l'eau chaude et un autre pour enfin être complètement immerger. Tout était fait en bois ici. Les murs, les meubles. Ses parents étaient très tournés vers ce que leur offrait la nature. Fallen resta un long moment dans le bain à se prélasser. Elle finit par en ressortir et se sécha avec une serviette. Se recoiffa devant un miroir, ses cheveux mouillées étaient enveloppés dans une autre serviette qui enroulait le dessus de sa tête. Retournant dans la pièce centrale, demandant à sa mère où son père se trouvait, il n'y eu pas de réponse. Ressentant une certaine inquiétude, il semblerait que quelque chose n'aille pas.
    - Que se passe t-il mère ?
    - Je ne sais pas où est ton père. Cela fait déjà plusieurs jours qu'il n'est pas revenu à la maison. Je ne sais pas ...
    Une impression de mauvaise augure, des corbeaux commençaient à piailler, volant bas. La nuit commençait à tomber. Il n'y eu plus vraiment de discussion mais sa mère restait très proche de sa fille, lui racontant quelques histoires. Jusqu'au moment où sa mère demanda pourquoi elle était revenue si précocement. Ayant du mal à répondre, elle ne put qu'esquisser un sourire et lui dire que la famille lui manquait de trop et que ça devenait parfois difficile de raconter des histoires aux enfants. Un mensonge. Elle n'aimait pas mentir mais elle n'aimait pas non plus donner du soucis à sa famille. Quelqu'un ouvrit la porte de l'entrée. Son père. Assez grand, les cheveux bruns tout ébouriffés, de corpulence moyenne. Son visage était caché par un capuchon. Le ciel dehors était sombre. Il rentra et referma la porte. Sa mère alla vers lui en courant, et l'enlaça. Mais il ne répondit pas à son embrassade. Il ne bougeait pas. Fallen, toujours enroulée dans sa serviette assistait à la scène. Elle pressentit et ...
    - Maman ! Reviens vite vers moi ! Ce n'est pas papa !
    - Que... Quoi ?
    Le soit disant père prit sa mère à la gorge et la souleva sans encombre. La jeune fille médusée ne bougeait pas. Mais il fallait aider sa mère. D'un coup, elle prit son élan et frappa l'être humain en pleine tête d'un coup de poing. Il relâcha sa prise. Sa mère touchait sa gorge qui avait été opprimé et se releva avec peine tandis que l'homme détourna son regard vers la jeune fille et voulait l'attraper. Elle esquiva et prit la main de sa mère pour l'emmener dans la chambre. Toutes deux prirent des affaires assez lourde pour barricader la porte. Fallen reprit ses vêtements et les enfila à vitesse grand V avec son bâton à la main. Un bruit de coup, il essayait de défoncer la porte.
    - Il... Il ressemble tellement à ton père. Que se passe t-il ?
    la jeune fille n'en savait rien et était complètement déboussolée. Elle était perdue. Puis plus un bruit. Elles ne bougèrent point lorsque l'homme rentra par la fenêtre. Une grande panique commença à s'emparer des deux femmes. Elles avaient oubliés de barricader ce coin là. Il rentra d'un coup et avait un grand sourire aux lèvres. Il commença à se diriger vers Fallen mais celle ci faisait des grands moulinets avec son bâton. Il la contra avec une sorte d'énergie, il créa une boule de feu avec ses mains en faisant des signes et la dirigea vers les meubles. Sa mère regarda autour d'elle et vit une petite dague dans un coin. L'homme étant occupé avec Aphraël, celle ci en profita pour prendre donc le couteau et courir vers l'agresseur en le lui plantant dans le dos. Il y eu un grand cri. Il se retourna et regarda la mère. Il lui prit la tête et la plaqua contre le mur d'une telle violence que le crâne commençait à saigner, dû au choc. la jeune femme utilisa son bâton sur la tête de cet agresseur. Il ne la regardait pas, c'est comme si il n'en avait que faire à présent qu'il avait une proie dans une de ses mains qu'il cognait contre le mur sans arrêt. Les larmes montaient, la colère, le manque de souffle... Elle courra jusqu'au dos de celui ci et lui prit le couteau pour lui enfoncer encore davantage. Reprenant l'arme, lui arrachant de son dos pour lui remettre encore plus dans le corps. Il cria et finit par tomber. Sa mère tomba avec lui. Fallen prit la tête ensanglantée de sa mère entre ses mains, les larmes coulant le long de ses joues et criant avec désespoir.
    - Des gens te veulent du mal ... Je t'aime... fais attention à ..
    Sa main retomba sur le sol. Les coups au crâne à dû lui provoquer un choc crânien. Tenant sa tête, ses mains étaient pleines du sang de sa mère qui se déversait abondamment. Elle hurla sa mort. Pourquoi, pourquoi à chaque fois qu'elle allait dans un endroit, tout se passait mal ? Pourquoi quand elle se sent en sécurité, il y a quelque chose qui fait que ceux qu'elle aime le plus au monde meurt pour elle ? Ses larmes ne cessèrent pas de couler jusqu'au matin ...
    Le corps de sa mère, elle l'enterra également loin de la maison. Près d'un petit jardin entouré de fleur des champs. Elle y laissa un mot qu'elle grava à même la pierre. Elle y posa un baiser et repartit, le coeur lourd et les larmes qui ne voulaient plus couler tellement elle avait pleuré. Elle prit quelques affaires dans la maison comme : à manger, des livres dont un qui lui paraissait très ancien avec de drôles d'écritures ainsi que des habits. Le cheval s'était enfuit. Surement à cause de l'agresseur qu'elle avait d'ailleurs inspecter mais rien qui ne donnait son identité. Il n'avait pas d'objets sur lui. Et de même que, l'agresseur semblait avoir prit l'apparence de son père car une fois mort, sa morphologie avait changé. Un pouvoir ? Transformation ? Fallen ne comprenait rien. Elle prit une sorte de fluide et en mit partout dans toutes les pièces. Prenant une photo où figurait sa mère et son père ainsi qu'elle, au milieu, tous le sourire aux lèvres, le mit dans la sacoche également. Ressortant de la maison, elle eut un regard en arrière, emplit de détresse, de peur, de chagrin. Elle prit une allumette qu'elle avait trouver dans un des tiroirs de la cuisine, l'alluma et la lança. Reprenant la route, l'odeur du brûlé embaumait l'air. La maison prenait feu. Aucune trace ne devait y rester. La voix intérieur de la dernière fois semblait refaire surface mais ses mots étaient inaudibles et elle n'avait pas la force de l'écouter. Elle continua à pied vers les rivières. Il semblait qu'un mauvais sort s'acharne dans sa vie. Aphraël ne s'en rendait pas compte mais son destin était mauvais. Très mauvais ...

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Mar 27 Sep - 6:19


    Un trouble. Pesant. Oppressant. Que se passait-il dans la tête de Fallen ? Personne durant son périple n'avait osé l'approcher lorsque certains marchands passaient avec leur attelage. Le visage triste, sombre et le regard flou. Pourquoi être encore en vie ? Peu de regret pourtant dans ses gestes et ses paroles. C'est la vie qui en a décidé ainsi. La jeune femme avait tout simplement de la malchance, « The Warm » qu'elle appelait ça. Durant son voyage, notre chère amie vit au loin une sorte de monastère. C'était non loin d'une forêt, une grande plaine s'étendait au loin toujours pleine de verdure et parfois de marécage. Les oiseaux piaillaient, une musique émanait du centre du monastère. Par curiosité et par goût de la prière, celle ci s'y dirigea. Finalement, elle s'aperçut que c'était bien plus qu'un monastère car quelques personnes dansaient, jouaient de la musique et semblaient heureux. Un moine s'approcha de Fallen qui se tenait contre un tonneau de vin, contre la pierre grise de la bâtisse, scrutant la place avec attention. Surprise, elle se retourna d'un coup et se tenait prête à utiliser son bâton. Le moine, surement haut placé, lui souria et lui parla d'une voix audible et forte.
    - Ô toi, jeune voyageuse. Que viens tu faire sur ces terres ? Nous serons ta maison si tu le souhaites.
    - Et bien, pourquoi pas. Je suis perdue ces temps ci mon frère. Les choses ne sont plus ce qu'elles étaient. Un mal rôde et je n'en connais pas la cause.
    - Approche donc mon enfant et rentre dans ce lieu saint.
    Fallen le rejoignit, ils empruntèrent un petit couloir rocailleux, tournant ensuite sur la gauche et arrivèrent dans une grande salle remplis de livres, de tables et de chaises, toutes bien ordonnées. Certains lisaient, emmitouflés dans leur manteau. On entendait le bruit des grattements de la plume sur le papier. Le grand moine s'arrêta devant une des bibliothèques et lui passa un manuscrit. Il était un peu froissé, jaunit par le temps et sentait le vieux papier. Une belle odeur qui donnait envie à la jeune femme de découvrir ce qui y était écrit et lui rappelait ces souvenirs de quand elle lisait ses histoires aux enfants. Aucun son, aucun bruit ne devait se faire entendre en ces lieux. Ils sortirent et allèrent dehors, le bruit du tintamarre des troubadours lui assourdissaient les oreilles mais une voix d'une belle femme l'attira. S'arrêtant pour écouter. Le grand moine se retourna et eut un large sourire. Fallen s'excusa et le suivit tout en ayant un regard en arrière. C'est dans pièce parfumée, une large table en bois avec des rouleaux et des piles de livres, des bougies allumés et une ambiance vraiment typique d'un moine que l'on retrouvait ici. Il s'assit sur un vieux et large fauteuil rembourré et l'incita à s'installer sur un des tabourets en face.
    - Quel est ton nom mon enfant ?
    - Fallen Swallow. Mais je m'appelle Aphraël en tant normal.
    - Pourquoi avoir deux prénoms ?
    - Et bien... bonne question monseigneur.
    - Bien. Je vois dans ton regard que tu n'as pas l'air malsain mais que tu as vécut des expériences troublantes récemment qui t'ont fait du mal. Qui t'ont surement marqué récemment. Je vais donc faire en sorte que tu sois bien ici. Tu m'as l'air jeune et les enfants de ton âge ne doivent pas penser aux choses du mal.
    Certes. Mais comme je me le suis souvent répété durant mon bout de chemin, ainsi va la vie.
    - Peut être mais elle peut toujours nous apporter de meilleures choses. Veux tu rester avec nous ? Je vais te faire visiter si tu le désires. Même si je t'ai un peu montré certains endroits.
    Fallen accepta et c'est donc ici qu'elle commença une autre vie. Le grand moine était une sorte de prêtre ici. Il s'appelait Mündir. Il présentait l'ensemble du monastère. Les salles de cours, les dortoirs, les aménagements prévus au recueil et à la prière. Ils priaient une déesse qui se nommait Shiva. Il lui expliqua l'histoire de celle ci et qui elle était. Cela intéressait beaucoup Fallen qui était à son écoute. Le temps passait et déjà que la visite fut terminé que le soleil se couchait.
    - Il se fait tard. Je vais aller rejoindre les moines et nous allons faire notre prière. Je t'initierai si tu le veux. Je dois te laisser. A demain Aphraël.
    - A demain monseigneur.
    La jeune femme repartit en direction du centre du monastère où les troubadours avaient joués la plupart de l'après midi et chanter ensemble. C'était vraiment riche comme endroit,de la belle verdure, des bâtisses colossales, du vin, du pain, une vraie merveille. Notre jeune amie se demandait où avait bien pu passer le reste de la troupe. Quelques moines rôdaient encore mais se dirigeaient tous en direction de la salle de prière. Celle ci commença donc à examiner le ciel qui était d'une couleur éclatante. Des bruits de pas, une douce voix répondait:
    - Le ciel est d'une couleur vermeille ce soir, je me sentais toute joie à l'idée de te voir.
    Fallen se retourna et ne put rester époustouflée par la beauté et le charisme que dégageait cette femme qu'elle avait vu chanté cette après midi. Des yeux bleus, de longs cheveux bruns, un visage doux et fin, faisant à peu près la même taille et avec de belles formes. Elle devait aussi être un peu plus âgée qu'elle.
    - Bonsoir madame. Mais je ne crois pas que ce ciel égalerait la beauté que vous dégagez.
    - Oh oh, vous êtes mignonne. Je me nomme Yume. Puis je vous tutoyez ?
    - Bien entendu. Je suis Aphraël (bizarre, d'habitude j'aurai plutôt dit Fallen …)
    - C'est beau comme prénom. D'où viens tu ?
    - C'est une bien longue histoire …
    - Veux tu m'en parler ? On pourrait apprendre à mieux se connaître. Je t'ai remarqué en présence de Mündir. C'est une chance que tu sois parmi nous.
    - Une chance ? Je l'espère. Ces temps ci j'ai la poisse. Il serait tant que ça change.
    Elles s'installèrent près d'une estrade et Fallen commença son récit depuis le début. Les yeux de Yume ne la quittèrent point et parfois exprimait ses ressentis par des petits soupirs et un regard attendrissant à son égard. Après qu'elle eu fini, la troubadour ne savait trop quoi répondre. Elle aurait voulu l'aider ou la réconforter mais ne savait pas trop comment s'y prendre. C'est alors que Yume lui raconta sa propre histoire, afin de faire changer les sombres idées de notre amie. Fallen l'écoutait à son tour, c'était une vie plutôt gaie et avec pleins d'aventures épiques qu'avait eu cette femme. Elle tombait sous le charme de cette femme quelque part. Après avoir terminé sa petite épopée, la troubadour lui demanda si elle voulait la revoir demain. Elle accepta bien entendu. Il faisait nuit et les deux jeunes femmes commencèrent donc à partir chacune de leur côté, allant dans les chambres qui leur avait été atribué. Demain serait un nouveau jour.

    [Ne pas poster à la suite, attendez que je finisse mon poste. Quelques illustrations accompagneront mes RPs Smile ]

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Dim 2 Oct - 10:36


    Fallen se réveilla, la lueur du soleil éclairait la pièce décorée de toiles représentant des villes et autres paysages. Une petite bibliothèque en bois, quelques vieux livres poussiéreux à la reliure dorée y était posés. Le parchemin jaunit était à ses côtés, sur une table basse. Elle le prit, le déroula et y lisait une histoire. Celle de Shiva. Quelques prières y étaient également inscrites. Il s'agissait surement d'un texte écrit de la main d'un des scribes du monastère. C'était assez intéressant et notre jeune amie aimerait bien en apprendre d'avantage et en connaître plus en détail sur cette fameuse déesse. Aujourd'hui, elle prévoyait donc de rencontrer les scribes, les moines pour parler des prières et autres rites qu'ils exerçaient en ces lieux puis rejoindre Yume dans le jardin. Se levant, prenant des affaires soigneusement ranger et laver, une toge de teinte brunâtre et des sous vêtements. Fallen chercha les douches, une femme sortait de sa chambre, des livres à la main. Lui demandant poliment où pouvait se situer les salles de bains, la dame lui indiqua donc oralement qu'il suffisait simplement de continuer tout droit après le dortoirs des femmes. La remerciant, la vagabonde s'y rends donc. Ouvrant une grande porte en bois, on entendait le bruit de l'eau qui s'écoulait, surement des femmes qui se lavaient. Les bains des femmes et des hommes étaient séparés bien entendu. Les douches n'étaient pas séparés, se déshabillant, mettant les affaires au sec dans un coin, notre voyageuse se mit à part et commença à faire écouler l'eau tiède pour se rinçer. Sentant une présence derrière elle, tournant le visage, elle vit Yume. Celle ci fut un peu surprise et se mit à rougir.
    - Bonjour ! Pardon si je t'ai surprise. Je ne pensais pas te retrouver ici.
    - Oui, moi non plus. Je pensais plutôt te retrouver ce soir dans les jardins.
    - Et bien, c'est toujours possible. Que comptes tu faire aujourd'hui ? Dit Yume tout en se dévoilant et se lavant sous un autre pommeau de douche. Fallen détourna un peu le regard.
    - Euh … Je vais voir les moine dans la salle d'écriture. Je vais aussi discuter avec Mündir par la suite et te revoir quand j'en aurai fini.
    - Que dirais tu de se rejoindre plutôt devant l'entrée du monastère vers le coucher du soleil ? On irait se balader tranquillement.
    - Uhm … ça me va. Mais avons nous le droit de nous éloigner du monastère ? Es tu certaine que Mündir ne sera pas furieux ?
    - Oh, je le connais depuis peu mais je ne pense pas qu'il soit aussi sénile. Nous ne sommes plus des enfants. Se sera uniquement une petite promenade.
    Après un acquiescement, elles se racontèrent quelques anecdotes. Fallen ressentit son coeur battre fort, quelque chose la rapprochait inévitablement de cette femme. Mais la vagabonde ne savait pas comment faire pour être davantage plus présente auprès de Yume, bien plus qu'elle ne l'espérait. Surtout si les sentiments ne sont pas les mêmes. Après avoir fini leur douche, se séchant, notre vagabonde se rhabilla. Les deux dames se séparèrent avec un signe de la main respectif. Se dirigeant vers la salle des scribes, une fois là bas, la jeune femme sentait l'odeur du vieux papier. Des bougies étaient allumés de ci, de là. Peu de moine. C'était assez sombre, peu de lumière émise par les vitraux. C'était une grande salle où les bruits de pas et de pages tournées résonnaient. Un moine sortit entre deux des bibliothèques et il s'agissait de Mündir. Comment faire d'une pierre deux coups pensait Fallen. S'approchant, elle le salua.
    - Bonjour à vous, Mündir. Comment vous portez vous en cette belle matinée ?
    - Fort bien. He, vous m'avez l'air d'être en pleine forme.
    - Certes. M'enfin … Mon frère j'aurai besoin de vous demandez quelque chose.
    - Tout ce que tu voudras.
    - J'ai lu le parchemin que vous m'avez donné hier. Et je dois dire qu'il est très énigmatique tout en étant intéressant. On dirait une sorte de thérapie du mal tout en connaissant l'histoire de Shiva, la déesse de l'eau et de la Lune. La beauté et la pureté. J'aimerais en apprendre plus et connaître la vérité qu'en dégage ces prières.
    - Je suis … stupéfait par cette réaction ma chère. Mais vous me voyez ravie de savoir que cela vous passionne. Je vous aiderai fort bien à vous en dire d'avantage. Asseyons nous à une table.
    Ils s'assirent. Mündir prit un livre qu'il farfouilla à la va vite et tomba sur une page qu'il fit lire à haute voix à Fallen. C'était une sorte de récital en une langue étrangère mais avec une phonétique assez proche de la langue actuel. Il y avait comme un chant qui s'en dégageait tout en le récitant. Quelques mots transparents comme bénit, vie, pénitence. Fallen ne comprit pas tout de suite car ce texte semblait difficile à cerner. Mündir se mit à rire et la faisait marcher. (C'était pas drôle.)
    - Tenez mon enfant, celui ci sera beaucoup plus explicite et retranscrit dans notre langue d'origine. Mais je vais d'abord vous conter un peu l'histoire de notre chère Shiva. La déeesse Shiva est un personnage complexe et contradictoire. Shiva est la déeese de la destruction des illusions et de l'ignorance. Elle représente la destruction mais celle-ci a pour but la création d'un monde nouveau. Dit comme ceci, on pourrait penser à quelque chose de mauvais voir post apocalyptique. Pourtant, Shiva c'est  « le bon, le gentil, qui porte bonheur « . Elle nourrit la terre et la mer, elle est la sérénité et la pureté de nos âmes. Nous sommes vouées à cette déesse qui nous protège. Si nous la prions, si nous prenons soin d'elle, nous sommes bénéficiaire de sa protection contre le mal. Par contre, si nous lui faisons du mal, si nous nous sommes engagés envers elle mais que nous exerçons quelque chose qui irait au détriment de ses commandements, nous risquons gros. Mais personne n'a sû dire ce qui est arrivé à ceux qui ont trahis Shiva. Peut être la mort. Seulement, cette déesse est vraiment admirable, de bon sens et a donné sa vie pour ses enfants. Belle, poétique …
    - Je vois. Et donc, vous priez tous les jours ? Vous avez des horaires à respecter ?
    - Il faut la prier minimum une fois par jour. Elle n'est pas non plus casse pied notre Shiva (petit rire de Mündir). Mais elle nous écoute. J'ai installé des horaires. Matin, midi et soir pour ceux qui veulent prier plus de fois où si ils ont eu un retard quelconque. Il vaut mieux prier dans une église ou au sein d'un endroit pur. Ce monastère est tout ce qu'il y a de plus beau et respirable à ce niveau je pourrai dire.
    Fallen commença à lire le livre qui contenait pas mal d'information sur cette religion et la déesse, qui se trouvait être nommer à peu près partout dans les bouquins du monastère. Mündir continuait de parler de leur pratique, leur rituel, comment ils procédaient. C'était assez agréable à l'entendre car il avait une voix douce et pleine de sagesse. L'heure passa rapidement et Mündir devait la laisser pour faire quelques affaires dans son bureau, de la paperasse sans doute. Laissant Fallen seule. Elle était complétement absorbée par sa lecture. Lorsqu'un bruit de porte se fit entendre, un jeune homme rentra à l'intérieur. Vêtue d'une tunique verte à capuchon, une ceinture en cuir, une veste en lin, un pantalon très léger avec des lanières de cuir. Il avait du style. La jeune femme fit comme si de rien n'était puis il se posa à sa table. La regardant dans les yeux. Cela mit la dame mal à l'aise. Il ne clignait pas du regard. Fallen était perturbée et n'arrivait plus à suivre sa lecture. Puis il parla d'une voix assez grave.
    - Un bonjour aurait suffit. Quelle impolie !
    - Pardonnez moi monsieur. On ne se connait point. Mais bonjour.
    - Oh oh oh... Quelle froideur dans votre voix jolie demoiselle. Vous êtes une bien étrange personne. C'est la première fois que je rencontre une femme aux cheveux si long, qui plus est de couleur mauve qui s'accorde parfaitement à votre regard.
    - Euuuh (elle est un peu plus perturbée là), excusez moi mais vous êtes qui ?
    - Je suis un troubadour, au service de ma Dame Yume. Je vous vois souvent trainée avec elle.
    - Trainée ? Je ne traine pas. Nous nous tenons respectivement compagnie. Et cela vous dérange t-il ?
    - Boarf. Non pas tellement mais j'aime mieux garder un oeil sur elle afin qu'elle ne traine pas avec des voyous.
    - Est-ce que vous insinuez que je serai une roublarde ?
    - Ah mais non ! Je n'oserai jamais, dit il avec un sourire. Mais bon, elle nous parle assez souvent de vous, Aphraël.
    - Ah (YES!) et donc... ?
    - Et bien, vous êtes surement une personne intéressante. Voilà pourquoi je ne pourrai pas vous traitez de roublarde ou de voyou. Vous faites quelque chose ce midi ?
    - Et bien … J'avais prévu de voir Mündir mais comme je l'ai vu ce matin et qu'il n'y a personne à la salle d'écriture, non pas vraiment.
    - Aphraël, à votre regard je vois que vous êtes une vagabonde, quelqu'un qui a vu la terreur et l'effroi. Mais je ne vois pas en vous l'âme d'une combattante.
    - Nous sommes dans un monastère.
    - Justement. J'ai à vous parler. Rejoignez moi à la clairière qui se trouve un peu plus à l'est du monastère. Je vous y attendrai.
    - Mais ?!
    Il se leva, rapprocha son visage de celui de la jeune femme et lui murmura « J'ai vu votre bâton, pas comme les autres. C'est une arme. Et je vais vous apprendre à vous en servir. A plus tard, gente dame. » Sur ce, il parti discrétement. Fallen se mit à réfléchir, voulu continuer sa lecture mais ne pouvait pas. Elle replia le livre, le mit sous son bras, retourna dans sa chambre, revêtit ses vêtements de rechange, prit vite fait un truc à manger et son bâton et commença à se diriger vers la clairière en sortant par l'entrée principale du monastère.

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Lun 3 Oct - 6:15


    En ce début d'après midi ensoleillé, quelques moines rôdaient en récitant des chants, en papotant, en s'occupant du jardin. Quelques paysans avaient été pris en charge par certains car ils s'étaient arrêtés en chemin pour trouver du repos et repartirent le lendemain. C'était vraiment très conviviale ici. Notre jeune amie était donc partie en quête de ce jeune homme dont elle ne sait pas le nom, Seulement qu'il fait partie des troubadours guidés par Yume. Fallen s'engagea sur un petit sentier de gravier, son bâton à la main et continua jusqu'à apercevoir une petite clairière. Le jeune homme était allongé sur le sol. Le rejoignant, la vagabonde remarqua qu'il s'était assoupi. Ne voulant pas le réveiller, la demoiselle s'installa à côté et regarda le ciel. Une brise fraiche vint caresser ses joues. Au devant s'étendait des terres, des collines, des parterres de fleurs. Ce que disait Mündir, sur le fait que ce lieu semblait bénéfique et plein de sérénité était véridique. Les nuages blancs avançaient, lentement. Le dos contre le sol, finit à son tour par s'assoupir. Rouvrant les yeux, le jeune homme avait la tête penché au dessus d'elle. Il ria et lui dit:
    - Allez, debout fainéante ! On est en retard d'une demi heure au moins.
    - Fainéante ? J'étais là lorsque tu étais déjà dans le sommeil. Au fait, c'est comment ton prénom ?
    - Ah. J'en ai oublié mes manières. Je suis Zéphyr. Enchanté.
    Elle se releva et lui sourit. Il la regarda, prit un bâton de bois et le lança à Fallen. Il en prit un autre et se mit en garde. Sans même un mot, la jeune fille comprit qu'il s'agissait d'un duel afin de voir son niveau de compétence. Courant vers elle, pointant le bout pointu du morceau de bois, la jeune femme esquive, fait un grand geste du bras mais Zéphyr enchaine en lui frappant l'estomac avec le pied et la fait tomber à terre.
    - AAAAAIE ! Mais t'es un ****** (grossièreté censurée) !!!
    Bah écoute, quand on se bat c'est comme ça. Nous les troubadours, on est un peu formé car beaucoup de brigands adorent voler les affaires des marchands et autres petites troupes sur un chemin non surveillé pour prendre leur bien. Alors soit tu te barres et tu n'apprendras rien et mourra un jour de cette façon soit tu continues avec moi et tu seras bien contente de manier ton bâton pour te sauver.
    - Uhm … C'bon …
    Il la releva en lui tenant sa main, se remirent en position et firent donc des moulinets avec leur petit bout de bois, assénant des coups qui sifflaient dans le vent par la rapidité des mouvements. Surtout ceux de Zéphyr qui étaient vraiment très habiles. Il atteignait directement sa cible. Fallen avec des éraflures sur son corps. Quelques bleus aussi. Zéphyr n'avait rien et assénait des coups sans relâche jusqu'à fatiguer la jeune femme. Ils firent ça jusqu'à ce que le soleil laisse place à une couleur dorée dans la ciel. Ils transpiraient tout deux et essoufflés. La jeune femme tomba en arrière et respirait à grand poumon. Zéphyr fit de même. Mais d'un coup, la vagabonde se ressaisit et se souvenait qu'à l'aurore, elle devait se retrouver en face du monastère pour rejoindre sa chère amie, Yume. Lâchant son bout de bois et reprenant son bâton, la demoiselle s'excusa auprès de Zéphyr en lui disant qu'elle devait rentrer sur le champ pour une affaire qu'on lui avait confié. Il ne put dire un mot lorsqu'elle se mit à courir comme une déroutée. Il eu un léger sourire et la regardait s'en aller.
    Arrivant dans les jardins, Fallen se dirigea vers ses appartements pour mettre ses affaires au sale, prendre de nouveaux vêtements et aller se doucher. La sueur c'était pas très galant pour une sortie. Bref, elle décida donc de se doucher en vitesse, bien savonner et hop, elle repart pour arriver devant le monastère. Elle avait les jambes toutes flageolantes et Yume n'était toujours pas arrivée.

    | Night |

    Quelque part cela la réconfortait mais d'un autre côté, le soleil était à la limite de laisser place à la lune et déjà, on distinguait quelques étoiles apparaitre dans le ciel. Notre jeune amie attendit au dessus d'un tonneau de vin où elle s'était accroupie, son bâton sur le côté et piqua du nez. Quelque chose vint lui toucher l'épaule, une petite main frêle et douce. La troubadour était là, lui faisant des yeux tout peiné car elle était très en retard et déjà la nuit était apparu. Aphraël ne savait pas vraiment l'heure qu'il était mais suffisamment
    tard pour que la lune apparaisse à vue.
    - Excuse moi d'être en retard … Je suis vraiment désolée mais j'étais prise par autre chose et je n'ai pas vu le temps passé.
    - Oh … Bah, je me suis assoupie de toute façon. (Je me demande bien ce qu'elle faisait...)
    - Du coup, on le remet à une prochaine fois ?
    - Bah non, on est là, autant en profiter.
    - Peut être mais la nuit, il rôde souvent des choses pas très …
    - Allez, ne t'en fais pas. Puis je suis là ! Dit la vagabonde avec un grand sourire amicale. Yume lui tendit la main et elle s'en allèrent donc vers la cime de la forêt vers l'est. Le bruit des grillons qui jouait leur mélodie, le vent qui s'engouffrait dans les feuilles des arbres, leur pas sur l'herbe mouillée d'humidité. C'était comme dans un rêve. Yume mentionnait quelques histoires de son passé et de ses amis. Elle allèrent s'asseoir sur un rocher assez large. Fallen était exténuée et n'arrivait pas à penser. Même pour dire quelque chose, c'était comme un effort pour elle. Yume s'inquiéta et demanda si ça allait car elle la trouvait pâle.
    - Oh non, je suis juste un peu fatiguée. J'ai fait pas mal de choses en fait ce midi par rapport à ce que j'avais prévu. Mais franchement, ça vaut le coup. J'ai rencontré un de tes ménestrels d'ailleurs. Zéphyr.
    - Ah ! Il m'est dévoué ce jeune homme. Toujours aux petits soins pour moi.
    Fallen ouvrit de grands yeux et se demandait si ce Zéphyr ne serait pas également un rival pour conquérir le coeur de cette femme. Elle commença à ronchonner. Yume la fixa des yeux, intriguée.
    - Es tu certaine que tout va bien ?
    - Euuuh … Ah ah ah mais bien sûr que ça va !
    - Je pense qu'on ferait mieux de rentrer …
    La voyageuse enleva son sourire et fit une mine plutôt tristounette. Yume s'était déjà levée pour repartir en direction du monastère. Mais une pensée vint soudain lui rentrer dans la tête, elle devait faire quelque chose. Ou du moins, la raccompagner. Courant, elle était juste derrière Yume quand son pied se prit dans sa houppelande, celle ci se retourna et la fit tomber avec elle. Se relevant un peu, son visage n'était pas très loin de celui de la jeune femme, ses yeux d'un bleu exceptionnellement étincelant, ce regard qui faisait battre le coeur de Fallen. Elle ne sait pas pourquoi, mais son premier réflexe fut:
    - Je suis désolée …
    Elle prit le visage de Yume entre ses mains et se mit à l'embrasser. La dame la rejeta énergiquement, prise d'un grand froid. Son regard était devenu noir. Elle la regarda une fois et repartit sans se retourner. Aphraël les larmes aux yeux, se tenant la tête entre les deux mains « Pourquoi j'ai fait ça ! Pourquoi j'ai fait ça ? ». Elle rentra à son tour, triste.

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Jeu 13 Oct - 6:41


    (Je continue dans mes scènes romantiques. Mais attention, quelques scènes pourraient paraître choquantes pour certaines personnes.)


    Cela faisait désormais plusieurs jours qu'elle était arrivée dans le monastère. Mündir donnait à Fallen quelques quêtes et la récompensait en guise de sa gratitude. Elle cueillait les fruits et légumes dans les jardins, allait chasser dans la forêt pour rapporter du gibier, aidait parfois en cuisine. De plus, l'après midi ou alors le soir, celle ci pratiquait ses exercices au bâton avec Zéphyr. Sa technique devenait de plus en plus efficace. Rapide, esquivant, assénant des coups plus puissant. La vagabonde n'avait plus vu Yume depuis un long moment, depuis cette soirée. C'était une petite blessure du coeur. De ce fait, maintenant qu'elle n'avait plus l'esprit occupé par la ménestrel, notre voyageuse pouvait se concentrer pleinement sur ses exercices. Et encore et encore toujours le même refrain.
    Deux mois avait passés que notre jeune amie était devenue plus cultivée et plus engourdie. Yume avait complètement disparu sans laisser de trace. Même Zéphyr semblait s'être senti abandonner par la grande dame. Les deux jeunes se sont entrainés sans relâche et ont chacun progressés. Un soir, Fallen rentra seule après avoir réfléchie longuement sur sa vie. Elle se tâtait à vouloir quitter le monastère et vivre des aventures. Ce n'est pas que ça devenait morne ici mais l'exploration de nouveaux paysages, rencontrer des étrangers et faire un peu de commerce tout en racontait des histoires à des enfants... Sur le chemin du retour, la vagabonde aperçut une lumière rouge dans une des tours les plus hautes du monastère. Il n'y avait aucun son provenant de là bas mais cette lueur ne présageait rien de bon. C'était assez bizarre. Voulant y jeter un coup d'oeil, elle commença par prendre des chemins rocailleux menant jusqu'à la tour. Mais une main se mit devant sa bouche et une autre la serra contre lui. Ayant eu une frayeur, elle senti le souffle de son agresseur. Détournant sa tête légèrement, elle distingua nettement qu'il s'agissait de Zéphyr. Il la relâcha. Fallen chuchota tout en étant sous le choc.
    - Ne me fais point peur de la sorte, veux tu ?
    - Désolée très cher.
    - Que fais tu à cette heure ci dehors ?
    - Laisse moi te retourner la question.
    - J'ai aperçu des choses.
    - Lesquelles ?
    - Ne me prend pas pour une folle. Mais j'ai pu observé une lueur rouge depuis l'une des tours.
    - Elle est là depuis un bon petit moment. Je l'observe également.
    - Nous avons eu le même réflexe j'en conclus. Tu penses qu'on devrait jeter un coup d'oeil ?
    - Si on y va, il va falloir être discret. Mais c'est très intriguant. C'est la tour où il y a toutes les archives du monastère. Le seul à en posséder les clés est notre cher grand moine.
    - Mündir ? Qu'est-ce qu'il ferait à une heure pareille ? Mais c'est vrai que cette lueur …
    Zéphyr commença à avancer suivit de près par la jeune demoiselle. Une fois arrivée en bas de la tour, ils ouvrirent une porte en fer qui émit un grincement. Se faufilèrent à l'intérieur. Un escalier de pierre en colimaçon amenait à la pièce d'en haut. Ils mirent un peu de temps avant d'arriver devant une petite pièce vide et sombre mais une lumière rougeâtre émanait de derrière la porte. Ils se regardèrent, ouvrirent la porte et une grande déflagration les projeta en arrière.
    Se réveillant dans un sursaut, Fallen soupira un grand coup et vit la lumière du jour entrer dans sa chambre, les oiseaux chantaient gaiement. Elle eut un petit rire et sentit une présente à côté. Sur son lit, Zéphyr était à ses côtés, dormant paisiblement. Elle sursauta. Ouvrant ses yeux, elle examina son lit, la pièce. Il faisait nuit noir.
    - Qu'est-ce que c'était que ces rêves. Un rêve dans un rêve. Je dois pas être bien …
    elle essayait de se rendormir mais sans succès. Allant donc se vêtir de ses habits de voyageuse, Fallen alla dehors sentir la fraicheur du soir sur sa peau. Il faisait vraiment frais. L'herbe était mouillée et une pluie très fine s'abattait sur la région. Mes ses pas la guidèrent quelque part, ne sachant pas tellement où aller réellement. Elle arriva dans le dortoir des garçons. Faisant le moins de bruit possible, notre jeune voyageuse s'arrêta devant l'une des portes. L'ouvrit et rentra en refermant doucement. Zéphyr dormait tranquillement, tourné en direction du mur. Mettant sa houppelande sur un buffet et s'installa à côté de lui, sans dire un mot. Elle le regarda, silencieuse. Pourquoi était-elle là dejà ? Le cauchemar ? Le rêve ? Une voix dans sa tête sifflait, tellement fort que ça lui en donnait mal au crâne. Fallen avait vraiment l'impression que quelqu'un d'autre partageait son corps. Elle tenait sa tête entre ses mains et ne put s'empêcher de souffler un peu plus fort dû au mal de tête. Zéphyr se retourna, a moitié endormi et fut surpris de voir la jeune femme dans sa chambre.
    - Tu peux me dire ce que tu fous ici ?
    - Je … euh … J'ai fait un rêve bizarre.
    - Et ? C'est pour ça que tu viens dans ma piaule.
    - Non...
    - Alors quoi ?
    - C'est à propos de … Mündir. Et de cette tour. La lumière rouge. Tu ne vois pas ?
    - Mais qu'est-ce que tu me racontes ? Je comprends rien.
    - Zéphyr.
    - Quoi ?
    - Je t'aime.
    Il y eu un silence. Un long silence. Le coeur de Fallen se mit à battre et finalement, elle se dit que ça allait être la même chose que lorsqu'elle avait été éprise d'amour envers Yume. Elle baissa la tête et allait s'en aller quand il la prit par la main. Il l'invita à se joindre à lui. La jeune femme s'exécuta. Il la prit dans ses bras, l'enlaçant avec douceur et lui murmura des mots qui la firent rougir. Il commença par l'embrasser sur les lèvres, lui toucher les flancs, la taille, les jambes. Ils se regardèrent et s'étreignirent tous les deux. Cela faisait du bien de pouvoir sentir une douce chaleur contre soi. Mais ça allait bien plus loin que de simple câlin. Tellement pris dans l'instant, tellement ils avaient chaud qu'ils se découvrirent l'un à l'autre. Un rêve ? Un doux rêve. Non ce n'est pas un rêve. Il la touchait, la mordait, la léchait. Mais quelqu'un vint frapper à la porte et rentra. C'était un des moines du monastère. Il les regarda. Ils se regardèrent. Ils regardèrent le moine. Il repartit en courant.
    - Putain il fait chier. Pourquoi il se ramène ici ?
    - Tu crois qu'il nous a entendu ?
    - Grmbl …. Chier...
    Elle l'embrassa tendrement.

    - Maitre ! Maitre Mündir !
    - Que se passe t-il mon frère ?
    - Zéphyr … Fallen … ils ont …
    - Ils ont quoi ?
    - Ils allaient … Vous voyez ?
    - Non.
    - Le faire !
    - Faire quoi mon frère ?
    - Vous savez … ce truc... entre deux personnes.
    - Me dites pas que …
    - J'en ai bien peur que si.
    - Dans MON monastère ? C'est incroyable. Je n'aurai jamais pensé ça …
    - Je vous les emmène ?
    - Oui. Partez vite.
    Le moine parti chercher rapidement les deux jeunes adultes afin de les ramener devant le directeur du monastère. Fallen et Zéphyr s'étaient changés car ils avaient bien compris qu'ils allaient avoir un savon tous les deux. Plusieurs moines les emmena à son bureau et restèrent des deux côtés de la porte. Mündir leur fit un long discours sur les règles du lieu. Mais d'un coup, un sourire bizarre s'afficha sur son visage. Il demanda à ce que Zéphyr soit mis dans un lieu isolé et de le laisser seul avec elle. La vagabonde ne se sentait pas bien, quelque chose l'alarmait. Quelque chose lui disait qu'elle était en danger. Une marque dans le cou de Mündir apparaissait. Une tâche noire. Elle bougeait. Qu'est-ce ? Il prit Fallen par le bras et la plaqua contre le mur. Commençant à crier, l'alerte se faisait plus fort dans sa tête. Mündir commençait à avoir de la force dans les bras, ses yeux devenaient sombres. Il lui arracha sa houppelande et commença à lui lécher son cou. L'horreur se lisait dans les yeux de la jeune femme. Elle n'avait pas son bâton et lui commençait à descendre. Elle voulait pouvoir courir mais une force surhumaine prenait possession de lui.
    - Mündir, vous être en train de péché.
    - Ah ah ah ah... J'ai déjà succombé à la pècheresse. Yume en a fait les frais, petite. Et Shiva m'a pas tellement puni on dirait. C'est assez amusant. Couche toi ! COUCHE TOI !
    Il l'a gifla, celle ci tomba. Il la toucha. Lui fit du mal. Et s'en servit comme d'un objet de ses désirs. Il avait des pulsions meurtrières qui émanaient de lui. Il la traina sur la table et lui fit faire des choses malsaines. La pénétra. Quel monstre. Elle aurait aimé le faire avec Zéphyr. Et là, elle se fait violé et violenté par un homme. Une fois qu'il eu fini son manège, il redevint normal. Fallen n'avait plus la force de bouger. Il ricanait et l'enferma à clé dans la salle. Celle ci, à moitié nue le souffle coupé. - Ordure … Pourriture … Je ne comprends pas. Ce rêve ? Etait-ce un signe ? … Je … Vais libérer Zéphyr. Faut que je trouve un moyen de m'en sortir et le tuer. Yume … Il a fait du mal à YUME !

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Mar 18 Oct - 7:34


    Se tordant dans tous les sens, ayant récupérer sa houppelande un peu déchirée, elle regardait autour d'elle. Tentait de crier mais aucun son n'arrivait à sortir de sa bouche. Elle frappait à la porte. Attendait encore. Regardait par une petite fenêtre. Mais il était impossible de passer par là pour descendre et s'enfuir. Il aurait semblé que des heures passaient lentement. Réfléchissant d'avantage pour trouver un moyen de se sortir de là, une idée lui vint alors. Le toit n'était pas trop haut comparé au sol. Il suffisait juste de grimper sur le rebord de la fenêtre, de s'agripper au rebord du toit en pierre et attendre. Ils croiront ainsi qu'elle se sera enfuie et partiront à sa recherche. Du moins, si tout se passe comme elle l'espérait. Prenant son courage à deux mains, Fallen tenta de ne pas regarder le sol et se releva avec peine, touchant du bout des doigts le toit de pierre. Un pied sur une pierre, un autre sur le rebord. Il était difficile de s'accrocher mais ce n'était pas si haut. Elle y parvint avec beaucoup de sueur froide. Le vent soufflait, la vagabonde avait froid mais elle attendrait. Le temps passait, lentement. Quand elle entendit quelqu'un prit de stupeur et alerter les moines qui se trouvaient à proximité.
    - La jeune fille … elle s'est échappée ! Fouillez partout et dans tous les recoins. Il ne faut pas qu'elle s'échappe. Nous en avons besoin. Sonner l'alerte ! Criait-il à travers la fenêtre.
    Fallen voyait le sommet du crâne blanc du moine qui reparti aussitôt. Son plan fonctionnait. Elle attendit un peu, regardant de temps en temps en bas pour voir si des moines rôdaient. Ils semblaient plutôt occupés à regarder dans les salles et à avertir. Redescendant jusqu'à la pièce, la vagabonde prit donc les escaliers. Elle entrouvrit la porte mais des bruits de pas se faisaient de plus en plus proche. La porte s'ouvrit, celle ci pu resté derrière tout en gardant son souffle. La voix de Mündir et du moine, alertés, avaient un ton sinistre.
    - Vous n'êtes même pas capable de garder un prisonnier ! Abruti !
    - Mais … Maître ?
    - Taisez vous et suivez moi. Vous aurez droit à votre châtiment.
    - M...Maître ..
    - Taisez vous !

    Les pas des deux hommes ne s'entendaient plus. Elle poussa légèrement la porte pour se frayer un chemin. Empruntant une sorte de petit tunnel, tournant la tête à droite et à gauche en faisant attention de ne pas se faire repérer. Fallen se dirigeait en direction de ses appartements afin de changer vite fait de tenue et de prendre son bâton. Le ciel était sombre et nuageux. Se cachant. Un jeu du chat et de la souris. Elle finit par parvenir à rejoindre le dortoir des femmes. Quelques moines rôdaient et semblaient étrangement soucieux. La peur se lisait sur leur visage. La jeune femme ne comprenait pas ce comportement ni celui de Mündir. Attendant qu'ils s'éloignent, elle rentra dans sa chambre et prit ses affaires. L'oreille sur la porte, elle écoutait pour savoir si d'autres étaient aux alentours. Sortant, elle prit donc un chemin qui menait aux jardins. Elle ne savait pas trop par où aller. De même qu'elle n'avait jamais sû qu'il y avait des geôles. Où pouvaient-elles se trouver ? Une voix plutôt enfantine. Fallen se cacha derrière une grande statue d'ange. Deux femmes encapuchonnées discutaient, sans trop se presser. Mais le sujet de conversation était intéressant.
    - Mündir a pété les plombs.
    - Il paraît qu'il a séquestré un jeune homme dans les geôles.
    - Oui. J'ai pu l'apercevoir entouré de cinq moines. Il est bien mignon. Mais il a été punit par notre maître. Nous devons le suivre. Nous devons nous diriger dans la bibliothèque et prendre le chemin sous terrain. Tu sais, nous avons ce rituel à accomplir.
    - Si tu savais comme j'ai hâte, avec notre maître.
    - Oui, moi aussi. Notre maître me fait rêver.
    Elles continuèrent leur chemin en gloussant. Fallen avait des yeux ébahis. Auraient-elles pécher elles aussi ? Mais qu'est-il advenu de tous les autres ? Qu'est-il arrivé à leur esprit ? La vagabonde les suivit de loin tout en restant cacher. Soit derrière des fourrés, des statues, des endroits plus sombres. Puis une grande place. Plusieurs moines se regroupèrent au sein de la bibliothèque. Quelque chose se tramait. Mais quoi ? Elle attendit là, sagement jusqu'à ce que plus personne ne rentre dans la bibliothèque. Une fois que le silence régna, Fallen s'empressa de courir jusqu'aux portes, regarda à travers le trou de la serrure. Plus personne. Ils étaient pourtant nombreux ! Poussant la porte, une faible lueur rentrait dans la grande salle de livres poussiéreux. Avançant, elle remarqua qu'une statuette avait été déplacé dû à la trace de poussière sur le sol. En touchant légèrement la statue, une brise passait au travers.
    - Un passage ?
    Elle la poussa et un tunnel descendait dans les profondeurs obscurs du sol. Un sous terrain. C'était humide, des voix chantaient au loin et résonnaient. C'était à faire froid dans le dos. Il y avait un passage continu qui donnait sur des cellules et plus loin, une grande lumière rouge. « Comme dans mon rêve ... » pensa t-elle. Fallen regardait à travers les barreaux des portes. Des corps, surement inerte. Des squelettes. Des geôles qui n'ont pas servit depuis des années pour certaines on dirait. Puis, elle remarqua Zéphyr.
    - Zéphyr ! Zéphyr ! C'est moi, Aphraël !
    Il semblait avoir été battu. Même dans sa prison, on pouvait apercevoir ses blessures. Il releva la tête et ses yeux brillèrent. Il se releva et toucha la joue de la vagabonde.
    - Ce salaud t'as fait du mal, à toi aussi. Il faut que tu me délivres. Trouve les clés. Elles sont sur l'un des moines qui surveille un peu plus loin. Essaie de les prendre.
    - D'accord. Je reviens.
    Elle rechercha donc le fameux moine. Un pincement au coeur de savoir qu'il a été blessé mais de l'autre, heureuse qu'il soit vivant. Ils devront s'enfuir et vite. Il était sur une chaise, à moitié en train de somnoler, une bouteille à la main. Ses clés sur son ceinturon. Armée de son bâton, Aphraël se tenait derrière lui mais elle marcha sur des pierres qui firent un petit échos. Le moine regarda en arrière et fit de grands yeux. Il commença à ouvrir la bouche que Fallen lui asséna un coup de bâton au dessus de sa tête, violemment et il tomba au sol. Prenant son trousseau de clé et traina le bonhomme jusqu'à la geôle de Zéphyr. Ouvrant sa cellule, il la prit dans ses bras et l'embrassa.
    - Il faut qu'on le mette dans sa cellule. J'ai pris ses affaires. Mais il nous faudrait un autre moine pour pouvoir se déguiser et passer inaperçu.
    - Certes. Pour le moment on le met là, on l'enferme et on se casse. Je dois récupérer mes affaires. Il faudra que je te parle de certaines choses que j'ai appris en étant ici … Mais on se barre.
    Faisant demi-tour, ils retournèrent dans la chambre de Zéphyr, prenant ses affaires et repartirent de suite afin d'éviter de se faire tuer.

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Mer 5 Déc - 4:59


Les ombres aiment se mouvoir dans l’obscurité. Les cœurs noircies par la douleur, la souffrance de ne pas avoir comprit plus tôt que leur amie Yume avait subit un sort bien plus dramatique. C’était comme si, depuis son arrivée, elle avait crée encore le chaos. Ce n’est pas un phénomène d’égocentrisme. Seulement, à chaque fois qu’elle se dirige et se repose dans un lieu peuplé, des catastrophes apparaissent. Fallen et son acolyte Zéphyr retournèrent dans leur chambre respective en évitant les grandes rues. La vagabonde se demandait si elle ne devait pas partir d’ici, retrouver la solitude afin d’éviter qu’un autre drame ne se produise. La mort était son ennemi et rôdait sans cesse à l’acquisition d’une nouvelle proie. Ses habits étaient chiffonnés et sales. Des trous parsemaient sa tunique. Dans un petit sac, elle plaça un livre et quelques vêtements que les moines lui avaient offert. Zéphyr la rejoignit. Il avait la mine sombre, le visage plus dur et on pouvait sentir qu’au fond de lui c’était noir. Un noir absolu. La seule chose qui semblait le ranimer un peu était la vue de sa chère et tendre. Tout deux s’enlacèrent quelques secondes. Il posa sa main sur la tête de la jeune femme et lui expliqua ce qu’il avait entendu dans les geôles.

- J’ai appris que Yume a été emmené dans les tréfonds des sous terrains. Il s’y passe un rituel d’invocation. Mon corps en tressaillit. Quelque chose à mal tourner. Pourquoi Mündir s’en ai t-il prit à nous de cette manière ? Il n’est jamais violent d’après ce qu’on m’a dit. Et aujourd’hui, il est devenu le diable en personne. Fallen, veux-tu laisser tout ceci derrière toi et partir ou comptes tu sauver Yume ? Sachant qu’on ne sait pas si elle est vivante. Mais si ces gens sont devenus aussi fous, il faut qu’on les empêche de mener à bien leur rituel.

Désemparée, elle ne sût pas trop quoi répondre. Comme si vous empruntiez un chemin dans une forêt lugubre, sans torche et que devant vous se trouvait un trou béant et derrière vous, la sortie. Seulement, devant vous se trouve un être cher. Que faire ? Fuir serait lâche. Mais la lâcheté n’est pas sans vain. Fallen se torturait l’esprit. Bien sûr qu’elle aimerait sauver Yume. Malheureusement, sa crainte reste cet endroit inexploré et ces fous démoniaques. Zéphyr soupira et regarda par la petite fenêtre. Tous les gens du monastère semblaient avoir disparus. Un monastère fantôme. Il eut un petit rire jaune. La voyageuse finit par prendre sa décision.

- Si tu es prêt, je suis prête. Je n’ai pas eu beaucoup de chance dans ma vie. Alors autant que je fasse quelque chose de bien. Zéphyr, allons-y ! Retournons sur les lieux.
- Bien. Mais d’abord, enfile ça. Nous allons nous faire passer pour des moines.
- On ne va quand même pas se raser le crâne ?
- Même dans des situations comme celle-ci, tu arrives à me faire sourire. Non. On va se les attacher bien derrière, comme une queue de cheval. Les capuches de ces habits sont vraiment larges et nous permettent de recouvrir la moitié de notre visage. Autant dire que c’est pratique. Il nous faudra un signe en cas de problème si jamais nous nous séparons.
- Pourquoi pas le sifflement d’un oiseau ? supposa Fallen.
- Bien ! déclara Zéphyr.
- J’ai quelques techniques de bases qu’on m’avait appris ici et là. Du coup, je saurai me défendre.

Enfilant les toges brunâtres, nos deux compagnons partirent à la recherche de Yume. Leur plan était plutôt simple. Se faufiler dans la masse, repérer où était leur amie et surveiller les moindres faits et gestes démoniaques. « Que Shiva nous donne du courage ! » susurra Zéphyr. Retournant dans les sous terrains, ils arrivèrent au niveau de la geôle où le ménestrel s’était fait prisonnier. Ils avancèrent dans un long tunnel. Des voix se faisaient de plus en plus audibles. Fallen et Zéphyr, leur main devant eux comme une prière, tentaient de comprendre le langage des moines. Puis une lueur rouge émanait de quelques mètres plus loin. Une immense salle en pierre, érigés de drapeau de toison d’or avec pour effigie un crâne entouré d’épines. Un bref regard, il y avait une bonne centaine de personnes. De l’autre côté se trouvait Mündir, de sa voix rauque, il criait :

- Mes chers frères et mes chères sœurs, nous voici enfin réunit pour faire appel à la toute puissante divinité ! Lucifer ! Il sera notre porteur de lumière et nous élèvera comme ses enfants. Il nous apprendra à être aussi puissant que lui ! Nous nous lèverons avec fierté et …
- Il est devenu malade ce type, dit Zéphyr.
- Corrompu. Dans quel but ? Comment cette idée lui est venue. Lui, qui était voué corps et âme à Shiva. Sa déesse.

Zéphyr haussa les épaules. Ils avancèrent non loin de l’autel où se tenait Mündir, le visage toujours recouvert de leur capuche. Yume était devant une statue, enchainée, le corps meurtri par les coups. Elle semblait faible. Le regard de nos deux aventuriers se fit noir en direction des gens autour d’eux. Comment pouvait-on être aussi inhumain ? C’est alors que Mündir finit son discours et regarda Yume. Il la détacha, la prit dans ses bras et la posa sur une sorte de socle rectangulaire. C’est à partir de ce moment que les choses finirent par mal tournées.

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Fallen Swallow
Vagabond - Expert
avatar

Points d'activité : 23
Messages : 28


Feuille de personnage
État Physique: En pleine forme
Réserve de Chakra: 20/20
Ryos: 0
MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   Jeu 18 Avr - 22:52


Un nouveau chapitre. Une nouvelle histoire. Que s'était-il passé ? Trop de choses pour que ce ne soit qu'un simple récit pour enfant. Et dire que j'étais une simple femme à conter des histoires. Depuis cette entrée en scène dans ce petit village, depuis que mon meilleur ami est décédé, voilà que je erre. Sans but. Sans objectif. Un noir absolu. Durant ce parcours, j'ai également perdu mes parents. Tout était si obscur. Si noir. Et j'ai rencontré dans un endroit convivial des moines dont une troupe de musiciens comptant Zéphyr et Yume. Elle avait disparu une fois que je lui ai dit mes sentiments. Effrayée, certainement. Et puis plus aucune nouvelle. Zéphyr ne savait rien non plus. Alors il apprit à Fallen comment manier le bâton. C'était chose ardu et douloureuse mais les jours qui passèrent ne faisaient qu'accroître sa maîtrise. Puis au fur et à mesure, ils sont tombés dans les bras de l'autre. Ce barde était si obtus. Finalement, ce lieu paisible devint un véritable cauchemar.

Le grand Mündir était devenu fou. Personne ne sait comment mais il parvint à corrompre tous les autres moines et leur faire oublier la déesse Shiva pour croire en la réincarnation de Lucifer. C'est à partir de ce moment que nos deux protagonistes tentèrent tant bien que mal de suivre ce flux de personnes en toges dans des ruines en dessous de la bibliothèque. Quelle histoire. Yume était toujours vivante mais en piteux état. Et elle servirait de réceptacle comme nouveau corps à cette réincarnation du mal. Les choses se sont passées à une telle vitesse. Le monde aurait du explosé. Le monde aurait du souffrir le martyr. Nous étions là, derrière un misérable poteaux à attendre qu'un événement quelconque se présente lorsqu'un des moines retira sa capuche et lança une pierre à Mündir. Il retira alors sa toge et était magnifiquement équipé d'une armure en cuir, des bottes en fourrure et une cape en soie noir et rouge. Son regard était celui d'un félin prêt à se jeter sur sa proie. Ses cheveux ébènes arrivaient à hauteur des épaules. Un visage un peu carré et des lèvres fines. Il s'arma de ses dagues et commença par foncer vers le grand prêtre. C'est alors que Fallen et notre barde Zéphyr prirent le corps de la jeune femme. Mais les autres moines ne restèrent pas là s'en rien faire. Mündir ordonna de récupérer le corps de la femme silencieuse et souffrante même si ils devaient tuer nos deux personnages. C'était trop cruel et bien trop sale de demander aux autres. La jeune fille ordonna à Zéphyr de partir en compagnie de Yume et de se cacher tandis qu'elle écarterait de son bâton ceux en toges. L'étranger aux cheveux noirs combattait contre Mündir en esquivant et parant certains coups. Dans son regard, on y lisait la haine.


Un temps. Plus rien. Le noir. C'est en ouvrant les yeux que la jeune femme s'aperçut du chaos. Des morts. Du sang. Attachée et du sang qui dégoulinait de son crâne, Fallen regardait autour d'elle. Zéphyr était adossé à un mur, son bras mal en point et les yeux fermés. De l'autre côté, l'étranger était à terre, le visage durcit et une longue balafre sur la joue. Les moines les avaient massacrés. Ils étaient bien trop nombreux. Au moins, ils les ont épargnés. Mais ils avaient récupérés le corps de Yume. Mündir incantait et une flamme noire apparut au dessus de la demoiselle qui vint rentrer à l'intérieur du corps par le nez et la bouche. Un silence. Mündir s'esclaffa et tous les moines rirent aux éclats. Ils avaient réussit ? Une voix rauque sortant de nul part fit trembler les ruines. Tous les moines ainsi que Mündir s'agenouillèrent devant Yume qui se leva, doucement. Puis une main se leva.

- A vous mes braves. Vous m'avez réveiller de ce sommeil sans fin. Moi, Lucifer, je renais ! dit-il à travers le corps de Yume. Cette voix douce et enfantine que la vagabonde aimait entendre était désormais éteinte, à jamais. Puis Lucifer regarda Mündir et avec un rictus le prit d'une main. Celui ci étouffait et "porteur de lumière" mit fin à sa vie en lui serrant le cou. Le corps inerte du prêcheur fut balancé dans cette masse de moine, écervelé et fou. Vous n'êtes que des brebis égarés. Moi, votre maître, formera le Monde à ma façon.

Lucifer se retourna et vit les trois personnages. La faiblesse et le sommeil pesaient, le mal de tête et le sang qui dégoulinait sur leur visage semblait ne jamais se terminer. A travers le corps de Yume, Fallen pu y percevoir un dernier espoir. Une larme qui apparaissait dans l'oeil droit de la Dame. Un rictus. Un coup de poing. Le noir.

Voilà où on en était. Tous les trois dans une sorte de cachot. Le Mal prenait possession des terres. Pour l'instant, l'orage grondait et les éclairs semblaient être des craquements dans cet espace de nuages noirs. Zéphyr et l'étranger se réveillèrent doucement, eux aussi. Ils se regardèrent tous les trois, encore une fois. Les mots n'arrivaient pas à s'exprimer oralement. Le coeur n'y était pas. Et l'étranger parla.

Étranger - J'ai échoué.
Zéphyr - Quel est votre prénom, sire ?
Étranger - Je suis l'homme aux masques. L'homme sans loi. L'homme qui dévoile la vérité. Un temps. Nils. Appelez-moi Nils.

Silence. Des bruits de gouttes d'eau provenaient des fissures de la grotte. Que faisaient-ils ces moines désormais ? Deviendraient-ils des serviteurs du suppôt de Satan ? Vide. Étrangement vide était le coeur de Fallen. Pourquoi ? Après avoir fait tout ce chemin, est-ce que tout cela se terminerait ainsi ? C'était un roman. Un roman où la fin serait tellement désastreuse que tous les protagonistes disparaîtront dans un nuage de fumée. Et il ne restera plus rien. Zéphyr regarda la vagabonde et comprenait son ressenti, par un regard plein de désarroi. Il tenta tant bien que mal de se relever mais il alla à quatre pattes jusqu'à son amante et vint la serrer dans ses bras, lui posant un baiser sur son front.

Nils - Il n'est pas trop tard. D'abord nous devrions sortir de ce trou à rat. Nous avons besoin de récupérer nos armes.

L'étranger se leva d'un bond et regarda au travers des trous de la porte en bois d'où la lumière était émise. Il semblait intrépide. C'était vraiment comme un film d'épouvante. Des bruits de pas résonnèrent et des voix s'élevèrent. Nils fit un "chut" de la bouche et regarda la scène tant bien que mal. Des hommes en toges discutaient d'une certaine profanation de temple dédiée à Shiva. Shiva. Quand est-ce qu'elle se manifesterait ? Puis Nils recula derrière la porte qui s'ouvrit bruyamment. Deux hommes arrivèrent pour voir les prisonniers et ricanèrent quand ils virent les deux amoureux dans les bras l'un de l'autre. Nils en profita pour se placer derrière eux avec furtivité et leur prenant leur tête pour les frapper l'une contre l'autre. Les deux corps s'écroulèrent sur le sol, l'homme aux cheveux noirs demanda à notre héroïne et au barde de se lever et de le suivre. C'est ainsi que nos héros continuèrent leur chemin. Lucifer ne s'en sortira pas comme ça ...

____________________________________________________




~ Radioactive - Imagine Dragons ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Fallen-swallow.deviantart.com
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: |- Breathering Earth -|   

Revenir en haut Aller en bas
 

|- Breathering Earth -|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taisen Dynasties :: Autres lieux :: Pays des Rivières-